Le Pôle anti-corruption a été installé à Mahajanga et remplace ainsi la Chaine pénale. Cependant, les magistrats qui y sont nommés, restent pour la plupart les mêmes.

Mahajanga est la deuxième ville où le Pôle anti-corruption (PAC) vient d’être créé, après celui d’Antananarivo en 2018. La Chaîne pénale anti-corruption est donc désormais dissoute.

La journée de 23 octobre 2020 a été marquée d’une pierre blanche dans les annales de la lutte contre la corruption à Mahajanga.

L’inauguration de la plaque commémorative du nouveau siège du PAC à Tsararano-ambony a précédé l’installation officielle des magistrats et des greffiers en chef. La coordonnatrice des pôles anti-corruption, Harimahefa Ratiarisoa, a assisté à cette cérémonie officielle et le secrétaire général du ministère de tutelle, Imbiky Herilaza, a représenté le ministre de la Justice, garde des Sceaux.

Treize magistrats ont été installés à leur nouvelle fonction, dont le chef du siège de la juridiction du second degré du PAC à Mahajanga, Patricia Arisoa Rakoto­- mahazo. Magistrate de 1er Grade, elle a occupé auparavant la fonction de présidente des Chambres près la Cour d’Appel à Mangarivotra.
INSIDIEUX

« La lutte contre la corruption continue et réduire ce fléau fait partie de nos objectifs. C’est un phénomène insidieux et pernicieux pour la société. Elle crée des inégalités et une situation d’injustice. Malgré les efforts déployés pour la lutte, la corruption reste et se généralise. Madagascar a renforcé sa volonté de lutter contre ce fléau. Ce, afin de rétablir la confiance de la population et avoir un environnement sain pour assurer une sécurité juridique aux investisseurs nationaux et internationaux. Nous devons conjuguer nos efforts. Nous promettons de faire de notre mieux pour honorer nos engagements », soutient la nouvelle présidente ou chef du siège de la juridiction du second degré du PAC à Mahajanga, le 23 octobre 2020 lors­ de ­son discours.

Pour sa part, Mme Ranorine est installée en tant que chef du ministère Public près de la juridiction du second degré du PAC. Elle a occupé le poste d’avocat général près la Cour d’Appel de Mahajanga avant d’être nommée au sein de cette nouvelle juridiction.

La majorité des magistrats, nommés au sein du PAC, a déjà travaillé dans l’ancienne structure de la Chaîne pénale anti-corruption. Tel le président du tribunal de première instance de Mahajanga, Sanjy Julna, promu au poste de président de chambre PAC 2nd degré.

Source : L’express de Madagascar